Programmes de seconde : réflexions du président du comité scientifique (5 mai 2009)

jeudi 7 mai 2009
par  Raoult, Jean-Pierre
popularité : 3%

A l’occasion de la consultation sur les programmes de mathématiques de la classe de seconde des lycées généraux, Jean-Pierre Raoult, Président du comité scientifique des IREM, développe, dans le document ci-joint, quelques réflexions sur ce que lui paraît pouvoir être en pareille circonstance le rôle du réseau des IREM et sur les conditions qui lui paraissent nécessaires pour favoriser l’efficacité de ce rôle . Ces conditions ne lui semblent pas avoir été réunies en la présente circonstance et donc on ne peut espérer un impact véritable des IREM dans le « temps court » de la consultation en cours au printemps 2009. En revanche il plaide pour une intervention importante des IREM dans la proposition de possibilités d’expérimentation, à ce niveau, dès l’année scolaire prochaine et dans la réflexion sur la cohérence des contenus des enseignements de mathématiques au lycée. Il se réjouit que le réseau des IREM s’en soit donné les moyens en mettant en place, en mars 2009, deux coordonnateurs à cet effet


Documents joints

PDF - 77 ko

Commentaires

Logo de Jean SOUVILLE, directeur de l’IREM de Poitiers.
vendredi 8 mai 2009 à 10h08 - par  Jean SOUVILLE, directeur de l’IREM de Poitiers.

Je veux compléter au sujet de la consultation elle-même et de la phrase : « on ne peut espérer un impact véritable des IREM dans le »temps court« de la consultation en cours au printemps 2009. »

Je ne connais pas de « commission publique, réunissant l’ensemble des compétences utiles » qui puisse vraiment faire participer des gens du terrain.

Notre spécificité au niveau des IREM est de rassembler des enseignants de terrain
en dehors de leur hiérarchie habituelle ce qui leur donne une liberté de parole,
tout en étant dans un cadre universitaire, qui exige une réflexion de qualité,
réflexion alimentée par les recherches faites en équipe IREM. 

Un texte IREM est un texte libre, réfléchi et aux prises avec le terrain.
Par contre, il n’a pas vocation à être normatif, ni même exhaustif.

Ce sont de tels textes dont ont besoin les instances, qu’elles soient décideurs isolés, ou vastes commissions d’experts.

Pour que de tels textes sortent, il faut :

1) que les groupes IREM aient conscience qu’ils ont leur mot à dire. J’ai peur que des grandes commissions d’expert leur ôtent ce sentiment

2) qu’ils aient assez de temps, car ces
textes sont très longs à sortir.
Le rôle de chaque directeur d’IREM est certes d’inciter et d’aider ses équipes IREM à rédiger dans des délais raisonnables, mais il faut un temps suffisant pour que la maturation de la réflexion ait lieu.

3) Que ces textes soient diffusés, avec le label IREM d’une part jusqu’aux décideurs, mais aussi aux autres groupes (IREM ou autres) pour alimenter les discussions en cours. C’est bien sûr le rôle à la fois du directeur d’IREM concerné et des responsables du réseau des IREM. 

Je crois que c’est ce qui se fait actuellement : des textes IREM issus donc du terrain, commencent à sortir.
C’est vrai que le temps était un peu court.

Reste à savoir ce qui en sera fait.

Brèves

22 juin 2017 - Jean-Pierre Kahane (1926-2017)

Jean-Pierre Kahane, né le 11 décembre 1926, est décédé le 21 juin 2017. Spécialiste d’analyse (...)

14 juillet 2015 - Michèle Artigue reçoit la Légion d’honneur

Michèle Artigue, professeur émérite à l’université Paris-Diderot et présidente du Comité scientifique (...)

15 août 2014 - Prix Luis Santaló de l’IACME pour Michèle Artigue

Michèle Artigue, présidente du Comité scientifique des IREM, reçoit le prix Luis Santaló décerné (...)