ADIREM des 16 et 17 septembre 2019

dimanche 3 novembre 2019
par  Cortella, Anne
popularité : 2%

L’ADIREM approuve à l’unanimité le CR de l’ADIREM du 8 mai 2019

L’ADIREM approuve la candidature de
Marie-Line Chabanol comme directrice de l’IREM d’Aquitaine.

L’ADIREM approuve à l’unanimité la désignation de Christine Proust comme présidente du comité scientifique des IREM. Elle prendra la suite de Pierre Arnoux au prochain CS en décembre 2019. L’ADIREM remercie énormément Pierre Arnoux pour tout le travail effectué pendant son mandat au CS.

L’ADIREM désigne François Recher (Lille) comme représentant de l’ADIREM à Animath. et propose qu’il s’adjoigne une suppléante issue de l’ex CII Pop’math.

L’ADIREM désigne Marie-Line Chabanol (Bordeaux) comme représentante de l’ADIREM aux jury des prix D’Alembert (diffusion) et Ferrand (pédagogie) qui seront remis à la mi-juin 2020.

L’ADIREM désigne Sylviane Schwer (Paris Nord) comme représentante de l’ADIREM au comité de l’APMEP.

L’ADIREM demande à Christophe Cuny (Brest) d’organiser les interventions d’Alban Da Silva (Nouvelle Calédonie) dans les IREM de Métropole : Strasbourg, Toulouse, Lyon, Bordeaux et Toulouse. La venue de Alban Da Silva en Métroploe est financée par l’ADIREM, chaque IREM qui l’invite prend par à ses frais de mission sur le territoire.

L’ADIREM décide de financer la venue à l’ADIREM de décembre et à la journée des CII des directeurs dont l’IREM n’a plus de moyens.

L’ADIREM décide de demander des devis pour les changements envisagés sur le portail des IREM suite au travail de cahier des charges effectué par François Recher et Stéphane Vinatier. Elle constitue un groupe chargé de l’étude de ces devis et constitué de Stéphane Vinatier (Limoges),François Recher (Lille), Anne Cortella (Montpellier), Fabien Emprin (Reims), André Sesboué (Caen) et Jérôme Germoni (Lyon). Le budget maximal alloué sera de 8000 euros, payable sur deux années budgétaires.

L’IREM de Paris propose à l’ADIREM la mutualisation de sa plateforme de vidéos et les moyens humains et techniques liés. La personne qui s’en charge à Paris rédigera avec un petit groupe un cahier des charges à soumettre à tous Site. Cela devrait permettre en particulier de filmer et mettre en ligne les colloques du réseau.

L’ADIREM déplore le fait que les responsables du PNF à la DGESCO n’aient pas pris la peine de répondre à nos demandes de PNF pour 2019. Il semble aux membres que cette collaboration avait été efficace et effectuée en bonne entente. Le fait de ne pas inscrire nos colloques au PNF risque de faire baisser considérablement la participation des personnels non universitaires alors que la richesse vient justement des échanges entre personnels de toutes catégories. Cela est encore plus regrettable dans le contexte de l’année des mathématiques, pour laquelle le réseau des IREM est largement mis à contribution.
Par conséquent, l’organisation du colloque de la CII TICE à MArseille est reporté à l’automne 2020, en espérant le voir au moins inscrit au PAF local.

L’ADIREM décide que deux personnes la représenteront officiellement pour les 20 ans de l’IREM de La Léunion entre le 25 mars et le 03 avril 2020.

L’ADIREM déplore le manque de transparence des partenaires du Grand Est et des Maisons pour la Science quant au dossier de demande de PIA3 « STIMULi » pour lequel le réseau des IREM n’est clairement pas un partenaire à part entière. Elle espère que des informations plus complètes sur les actions proposées par le autres partenaires lui seront fournies à l’avenir. Ce projet tient à cœur aux IREM qui espèrent ainsi pérenniser leur collaboration avec les Maison pour la Science et accéder à une nouvelle voie de diffusion de ses nombreuses ressources.

L’ADIREM décide de proposer aux membres des groupes traitant de physique et /ou de chimie d’envoyer des représentants à la journée des CII de décembre, afin de réfléchir à la création d’une CII sciences physiques.

L’ADIREM déplore la baisse encore accélérée cette année des dotations en heures de certaines académies (Besançon, Bordeaux, Paris...) Comme lors de sa réunion du 8 mai 2019, elle condamne ces diminutions qui pénalisent le travail effectué dans les groupes et nuit à l’efficacité des IREM. Elle rappelle que le travail se fait déjà souvent sans remboursement des frais et qu’un minimum de rémunération est nécessaire à la reconnaissance des personnels. Un article sur ce sujet sera proposé au bulletin de la CFEM (rédaction par Stéphane Vinatier).

L’ADIREM rappelle et confirme les règles qu’elle s’est donné pour la répartition de heures DGESCO :

  • pas moins de 6h par personne (APN)
  • max 15h-18h par personne (APN)
  • max 60h par groupe (plus de liberté pour l’instant en autres sciences)
  • max 3 groupes par IREM pour les mathématiques (exceptionnellement 4 lorsqu’il y a 2 très petits groupes, plutôt qu’un regroupement de circonstance)
  • 0h pour enseignant-chercheur
  • 0h pour retraité sauf important service rendu au réseau
  • responsabilité CII : 36h (x2 pour les grosses CII avec 2 responsables du secondaire)
  • les PRAG ont des heures pour des services collectifs (resp CII, organisation colloque) mais pas pour une intervention dans un groupe relevant d’une APN
  • max 72h par personne sur des responsabilités nationales en cas de cumul (à éviter !)

L’ADIREM constate avec intérêt que la gestion des heures exceptionnelles données aux université par la DGSIP pour les « labos-maths » a souvent été confiée aux IREM, qui sont effectivement la structure locale capable de faire travailler les universitaires avec les enseignants. Elle déplore les difficultés considérables de gestion de ces heures : certaines universités (peut-être en déficit, Antilles, Reims, Montpellier...) on cherché à confisquer ces heures pour d’autres mission, aucune ne facilite l’utilisation de la somme allouée pour la mission qu’elle sous-tend. La difficulté de mise en place des labos-maths en cours d’année scolaire 2018-19, et de les amener à souhaiter la participation des universitaires (souhait qui commence à être effectif), a conduit à des difficultés pour utiliser la somme correctement. De plus les universités ne permettent pas en général de report sur 2020. Par conséquent, l’ADIREM espère que si ces sommes sont renouvelées, leur utilisation sera facilitée par une lettre de mission claire aux universités sur l’utilisation de la somme, et une demande explicite de report automatique sur plusieurs années (pour les universités qui l’accepteront).

L’ADIREM décide de mettre à jour ses fiches de présentation pour l’ouverture de l’Année des mathématiques le 2 octobre dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne..
Les collègues qui le souhaitent sont invités à participer à cette ouverture et à tenir le stand des IREM, en y amenant aussi quelques brochures à montrer ou à donner, ou des jeux à montrer.
Elle rappelle à tous les membres des IREM de faire mettre toutes les actions qui peuvent entrer dans l’Année des maths sur les sites du CNRS et de la DGESCO consacrés INSMI]. et rappelle que les actions ne sont pas seulement destinnées à la formation des enseignants mais de manière générale à notre mission de diffusion des mathématiques.
Anne Cortella, Edwige Godlewski et Louise Nyssen, membres du comité de pilotage de l’Année des mathématiques, ont participé avec Alice Ernoult (APMEP) et Karine Hussenot (DGESCO) , Claudine Picaronny (IG) à la rédaction du Guide de l’Année de mathématiques qui essayera en ligne sur le portail des IREM ( Année des maths) et distribué à l’ouverture de l’Année .

L’ADIREM confirme sa participation à ICME 14 à Shangaï du 12 au 19 juillet 2010 ICME14. Elle demande aux IREM de proposer à des enseignants de terrain de participer à cet événement, conformément aux méthodes de travail dans les IREM. L’ADIREM espère que la DGESCO et la Mission Maths dirigée par C. Torossian sauront trouver un budget suffisant pour permettre à ces personnels de renforcer la délégation française.

L’ADIREM espère que la mise en place d’un agenda partagé de la diffusion des mathématiques, commun à toutes les association, institution, organisation proposant de la diffusion, pourra être effective. Il manque pour cela la mise à disposition sur quelques heures d’un ingénieur (MATHRICE par exemple) pour amender le cahier des charges dont la rédaction a été commencée et pour régler les problèmes techniques liés.

Les conclusions de l’enquête de l’ADIREM sur le lien des IREM avec la formation initiale sont disponibles [http://www.univ-irem.fr/IMG/pdf/ameliorations.pdf] Quelques mesures simples, comme une présentation systématique des IREM et de Publimath à la rentrée des M1 et M2 MEEF, devront être mises en place.


Commentaires

Brèves

9 décembre 2016 - Décès de Rudolf Bkouche

Rudolf Bkouche est décédé dans la nuit du 6 au 7 décembre 2016.
Extrait d’un message de François (...)

22 mai 2016 - Rubricamaths

Le nouveau site Rubricamaths regroupe l’ensemble des activités informatiques créées par l’équipe (...)

3 août 2014 - Journée en l’honneur de René Cori (12/9)

À l’occasion du départ en retraite de René Cori, le projet Logique de l’IMJ-PRG, l’IREM de Paris et (...)

16 juillet 2014 - Recrutement des enseignants, une prise de position de la CFEM

Les résultats du concours du CAPES 2014 viennent d’être publiés dans plusieurs disciplines. En (...)

1er avril 2014 - Le Clairon enfin audible !

L’IREM des Pays de la Loire vient de mettre en place une lettre d’information approximativement (...)