MathémaTICE 62 vient de sortir

dimanche 11 novembre 2018

Le numéro 62 de la revue en ligne MathémaTICE vient de sortir. Voici les articles du numéro :

  • Alexis Lecomte présente l’expérimentation d’une liaison étonnante entre une classe de Troisième et une classe de Terminale S autour de la programmation (à l’aide de Scratch et Python) sur le thème des fractales ;
  • Loïc Arsicaud invite à redécouvrir et à renouveler le rituel du calcul mental au collège, en s’appuyant sur l’algorithmique et le logiciel Scratch ;
  • Ezéchiel Rencker propose, à travers la résolution d’exercices de mathématiques des derniers sujets du DNB, d’utiliser la calculatrice CASIO fx-92+ spéciale Collège pour écrire et exécuter de petits algorithmes ;
  • Hubert Raymondaud construit des séquences d’algorithmique en Python 3, de la Seconde à la Terminale, dont pourront se saisir de nombreux enseignants. Il s’agit d’entraîner les élèves à l’exercice d’algorithmique du bac consistant à lire, décrypter et éventuellement corriger ou prolonger un algorithme proposé ;
  • Patrice Debrabant, très intéressé par l’article de Jean-Marc Duquesnoy dans le numéro 61, propose cinq rebonds avec divers outils (DGPad, SofusPy, CaRMetal, Python), qui sont autant d’enrichissements de cet article ;
  • Patrick Raffinat présente SymPy, une bibliothèque Python de calcul symbolique, qu’il associe ensuite à Blockly pour prolonger la traditionnelle programmation visuelle numérique par de la programmation visuelle symbolique ;
  • Sophie Gonifei, Alain Busser et Patrice Debrabant imaginent une nouvelle approche pédagogique qui, à travers des activités créatives, articule géométrie et programmation. Leur démarche s’apparente au concept de pensée algorithmique (tel que le définit Jeannette Wing) ; elle est ciblée à la géométrie et s’appuie sur des outils théoriques de géométrie dynamique ;
  • David Crespil aborde dans ce nouvel article, de caractère interdisciplinaire, deux sujets en apparence sans lien : la lumière messagère des étoiles et la distance terre soleil. Le lien est réalisé par l’intermédiaire de la formule de Doppler-Fizeau, à laquelle les mathématiques et l’astronomie apportent leur concours pour une exploitation optimale du spectre d’absorption des étoiles (voir).

Sur le Web : La revue sur Sésamath