Table ronde : Etat des lieux de la formation continue

Intervention de Catherine Combelles, I.R.E.M. de Marseille, A.P.M.E.P.
lundi 12 avril 2010
par  Plantevin, Frédérique
popularité : 8%

Transcription.

Je suis professeur de lycée et je vais parler en tant que professeur de lycée et je vais dire la nécessité de la formation continue pour un professeur de lycée. En ce moment, les I.P.R. sont en train de s’arracher les cheveux et ils n’ont pas fini parce que les professeurs diront qu’ils ne savent pas enseigner l’algorithmique. Il y a 2 ou 3 ans c’était la même chose parce qu’ils ne savaient pas enseigner la statistique. Je voudrais dire l’importance de la connaissance initiale dans un domaine. Les professeurs, ils savent enseigner les vecteurs parce qu’ils ont eu une formation sur la notion d’espace vectoriel. Ils ont un phare sur les vecteurs, ils savent que la dimension, c’est quelque chose d’important, que la notion de base, c’est quelque chose de primordial. Ils savent que un espace vectoriel, cela peut être un objet géométrique mais ça peut être aussi des polynômes, des fonctions, beaucoup d’autres choses. Donc, ils ont des idées qui leur permettent d’éclairer leur enseignement sur les vecteurs de 2nde , sur les petits vecteurs de 2nde du plan avec le A-B, les parallélogrammes, etc. mais ils ont quand même derrière tout ça qui guide leur enseignement. En statistique, il n’ont pas ça, parce qu’ils n’ont jamais étudié la statistique. Même, actuellement, et c’est une honte dans les licences il n’y a pas partout de la statistique et dans toutes les licences et les formations initiales de mathématiques et c’est scandaleux. Donc, le professeur qui arrive doit faire un cours de statistique en 2nde, il n’a pas ces phares et donc il n’aime pas enseigner la statistique. Pourquoi ? Parce qu’il ne sait pas l’enseigner de façon qu’elle soit formatrice et intéressante pour l’élève, pour qu’elle soit un objet d’étude intéressant pour la formation intellectuelle de l’élève. C’est pour ça que les professeurs ne veulent pas enseigner la statistique et c’est pour ça qu’ils veulent enseigner les vecteurs. Sur les vecteurs, ils ont les armes pour que ce soit quelque chose d’intéressant et d’important même si c’est fait à un petit niveau de 2nde. Cette formation initiale est absolument indispensable, elle est indispensable en algorithmique aussi. Moi, j’ai fait un stage lourd en algorithmique donc j’ai des billes derrière moi, je ne suis pas effrayée par le programme de 2nde. Mais, je comprends très bien que quelqu’un qui n’a pas eu ça soit très effrayé par l’idée d’enseigner l’algorithmique en 2nde. Il faut comprendre qu’on a besoin de phare pour savoir quels sont les points clés à faire comprendre, quels sont les problèmes intéressants à poser, quels sont les savoir-faire à travailler avec des élèves, même à un petit niveau de 2nde.

Suite de la table ronde : interventions, questions et réponses


Commentaires

Brèves

3 mai - MathémaTICE 70 vient de sortir

Le numéro 70 de la revue en ligne MathémaTICE vient de sortir. Au sommaire :
Anne Héam explore (...)

7 janvier - MathémaTICE 68 vient de sortir

Le numéro 68 de la revue en ligne MathémaTICE vient de sortir. Au sommaire : * Éric Hakenholz (...)

27 août 2019 - MathémaTICE 66 vient de sortir

Le numéro 66 de la revue en ligne MathémaTICE vient de paraître.
Sommaire
Virginie Gallien (...)

9 mai 2019 - MAthémaTICE 65 vient de sortir

MathémaTICE 65 vient de sortir. Voici les articles du numéro :
Nathalie Carrié choisit (...)

25 mars 2019 - L’approche par compétences au lycée professionnel

Chaque semaine, retrouvez deux ressources produites par le réseau des IREM. 
Publication n°22 : (...)